Trop flex

Articles ,
Publié le 13 février 2016 2 commentaires

Le prof : Ah non, ah non non non. Jamais je n’abandonnerai le circonflexe, sous prétexte que ce serait trop complexe ! On reconnaît bien là cette idéologie jeuniste et amnésique du progrès et de la facilité, un énième signe d’une culture en déliquescence, qui perd, à travers la dissolution de sa langue dans le globish, sa structure même…

#CirconflexePourTous : Pfff, c’est surtout la faute à Najat qui saigne à mort ce qui restait encore de l’Éducation nationale. On va enseigner à nos enfants qu’un événement équivaut à un évènement, qu’une erreur peut devenir la norme sous prétexte que tout le monde la fait, qu’on peut changer les règles à volonté. Vous vous rappelez de la réforme du collège ? Après qu’on ait supprimé le latin, voilà qu’on s’attaque au circonflexe ; c’est vraiment notre identité qu’on agresse, on nivelle tout par le bas, faut résister, il n’y a pas d’autre alternative, nos enfants nous en serons gré !

Candide : Euh…je te ferai remarquer que la rectification date de 1990[1], ce n’est pas si récent. Surtout est-ce que tout ça mérite tant de polémiques, par rapport à des questions un peu plus graves, le débat sur la déchéance de nationalité par exemple ?

#CirconflexePourTous : Mais enfin, t’es trop naïf, tout est lié, c’est PO-LI-TI-QUE, à qui tu crois que ça bénéficie ? L’État a décidé de renforcer son autorité en sapant définitivement celle des enseignants ! De préparer l’installation d’une dictature en écrasant encore un peu plus les garants de la transmission, de la filiation, en modifiant le rapport des jeunes au patrimoine national, en touchant à la langue, au lieu de pallier aux vrais problèmes ! Après l’état d’urgence permanent, on nous impose une nouvelle langue, quel meilleur moyen de contrôler la France que de pervertir ce qui fait le cœur et l’identité même de notre pays, la langue ? Moi ça m’interpelle, tu réalises qu’en décidant à notre place de la façon dont nous nous exprimons, dont nous communiquons, l’État s’immisce littéralement dans nos pensées elles-mêmes ? Tout ça met à jour leurs véritables intentions !

Candide : Attends, est-ce que tu n’exagères pas un peu ? Là il s’agit de rectifier quelques mots pour des raisons plutôt logiques, et ces rectifications sont proposées par des grammairiens amoureux de la langue qui ont dédié leur vie à son étude, pas par le gouvernement. Et si la langue évolue, c’est qu’elle est vivante, c’est plutôt bon signe, non ? Ce n’est pas l’accent circonflexe qui garantit la préservation de la culture française, ce n’est pas parce que tu perds ton chapeau que tu perds ton identité ?

Le prof : C’est vrai, Candide, je t’accorde que l’avenir de la nation ne repose pas sur l’accent circonflexe, mais c’est symptomatique, on commence comme ça, et bientôt on s’attaquera au subjonctif imparfait, les e muets disparaîtront, on écrira comme on entend, on finira par ne plus pouvoir se lire les uns les autres. Et puis ce sera la fin du langage écrit et avec lui de la littérature, de la pensée, de ce qui fait de nous des hommes en fait. Tu dis que le langage évolue, mais pour créer du nouveau qui soit vraiment nouveau, il faut qu’il y ait des règles au préalable. Sans normes, pas de liberté ; sans grammaire ni orthographe, pas de littérature.  Pour que le langage soit poétique, il faut que la langue soit fasciste, voilà.

Candide : Mais il me semble que la rectification de l’orthographe ne consiste pas tant à abolir les règles qu’à les rendre plus cohérentes ; si tu aimes tant la langue, pourquoi est-ce que tu trouves ça si grave d’en corriger certaines anomalies ? En fait quelle est l’utilité de défendre des règles complexes et absurdes, au delà du plaisir de savoir qu’on fait partie de ceux qui savent ? Tu vas me dire que c’est un attachement esthétique à l’arbitraire de la langue, mais en réalité c’est juste une façon pour les sachants de renforcer leur sentiment de supériorité, de se gargariser, parce qu’ils font partie du club. Ces difficultés n’existent au fond que pour renforcer les inégalités entre les héritiers et les classes populaires qui ne maîtrisent pas ces codes. Au final, il est ultra élitiste, votre accent circonflexe !! La France, ce n’est pas l’accent circonflexe, mais la République laïque, l’école pour tous, la démocratie…

Le prof : Mais…mais en quoi supprimer l’accent circonflexe pourrait corriger les inégalités ? Il n’a rien d’élitiste, au contraire : la maîtrise de la langue, c’est la richesse du pauvre, car s’il y a bien quelque chose qui n’appartient à personne, c’est bien la langue ! Tu te rends compte du mépris que tu témoignes à l’égard de mes élèves issus de milieux peu favorisés, en les prétendant incapables d’apprendre les règles de l’orthographe ? L’intelligence n’est pas corrélée au niveau social, je te signale, et pour maîtriser l’orthographe, il s’agit avant tout de maîtriser la logique et le bon sens.

Candide : Mais est-ce que ce n’est pas justement de cela qu’il s’agit, de logique et de bon sens ? En tous cas, c’est ce que dit l’Académie, « il s’agit d’apprendre à se poser une question, et c’est un fort bon exercice pour la pensée » ? Par exemple le fait qu’il n’y ait qu’un seul « f » à persiflage, alors que c’est un dérivé de « siffler » qui en a deux, ça n’avait pas de sens.  Est-ce que pour toi ce n’est quand même pas plus simple d’expliquer à tes élèves des règles qui suivent la logique de la langue, qui les aideront à structurer leur pensée, plutôt que de leur faire apprendre par cœur des règles illogiques? Est-ce qu’il n’est pas justifié de vouloir simplifier et rationaliser la langue?

Le prof : Ah voilà, simplifier, simplifier, on veut toujours tout simplifier. Si parler et écrire ne servent qu’à se simplifier la vie et à communiquer plus efficacement, eh bien à ce compte-là laissons faire les ordinateurs, le 1 et le 0 seront toujours plus efficaces…  Non, laissez moi pleurer à cause de l’ognon, et parlez en onomatopées et borborygmes si cela vous chante.

 

Miç45,& ? : Voilà, commandant, c’était l’enregistrement de la dernière conversation que nous ayons réussi à capter de la civilisation terrienne avant l’impact avec Nibiru. On n’a pas tout compris mais en gros, l’Académie française, c’était un petit groupe de vieux bonshommes qui décidaient pour les Français de la façon dont ils devaient parler et écrire. Assez unique. Parfois leurs décisions suscitaient une querelle épique mais personne ne songeait vraiment à remettre en cause leur existence. 

78UIN§§ : Huhuhu comme c’est distrayant ! Une civilisation au bord de l’effondrement, menacée par le chômage généralisé, le terrorisme et la disparition des chauves-souris, et ils choisissaient l’accent circonflexe pour se prendre la tête. Force ou faiblesse ? Allez, on garde ça pour les archives.

 

[1] Texte officiel : http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rectifications_1990.pdf . En bref : https://www.youtube.com/watch?v=fNqEMwr0564

 

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=4sPnY7U-DZM]

 

 

Auteur : Floriane
Partager cet article sur :  Google +  Facebook  Twitter

2 réflexions sur “ Trop flex ”

  1. Il aurait été plus correct d’utiliser l’indicatif après « après que » et de faire suivre « pallier » par un complément d’objet direct… Dommage pour un article traitant de la beauté de notre langue…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.