Exclu le chrétien en nous

Articles
Publié le 26 mars 2018 1 commentaire

Le christianisme est dans cette civilisation comme l’énergie nucléaire dans une centrale. Il est à la fois ce qui l’anime et ce qu’elle cherche à contenir. Cette civilisation ne tolère l’énergie chrétienne que sous la chape de son paganisme, ne cessant dans le même geste de le glorifier et de le profaner. L’exemple le plus frappant aujourd’hui est ce gallicanisme qui porte haut les valeurs chrétiennes tout en méprisant l’hospitalité évangélique. La Raison d’Etat et sa police ont utilisé leur ennemi historique à leur profit, ravalant toute exigence chrétienne au rang de « leçon de morale ». La morale serait à les entendre une opinion privée, relative à des choix individuels contingents. C’est pourquoi être chrétien aujourd’hui n’est pas choisir de défendre les valeurs de la civilisation, mais voir que le déploiement de l’énergie évangélique conduirait à l’explosion douce de celle qui ne l’utilise qu’en la retenant.

Un prêtre meurt en martyr, égorgé à genoux après avoir dit sa dernière messe. Un homme meurt en héros, donnant sa vie contre celle d’une inconnue. Deux gestes sublimes. Mais dans les deux cas on entend la même récupération odieuse, s’appuyant sur ces gestes saints pour lancer un appel pressant à chasser les étrangers, et en particulier les musulmans. Des hommes donnent leur vie, indiquant qu’une vie ne vaut pas par elle-même – par son identité – mais au contraire par son geste de se laisser transformer par l’autre – par sa Passion –, et l’on entend les appels à traquer l’ennemi intérieur, niché chez les immigrés, mais aussi les gauchistes, voire même les papistes, et puis aussi chez ceux qui sont trop fragiles – comment ne pas voir que la notion d’ennemi intérieur suppose une traque sans fin de celui qui ne défend pas assez l’identité ? Le christianisme au contraire ne repose pas sur la logique du propre, mais sur celle de la greffe (Epître aux Romains, chapitre 11). Le chrétien n’est jamais lui-même, précisément parce qu’il n’est pas enraciné mais greffé. On pourrait même dire qu’il est greffé sur l’exil des juifs.

Si l’on écoute le Président des Etats-Unis, le geste héroïque du gendarme nous enjoindrait à fermer davantage nos frontières. Si l’on regarde Twitter, belle représentation du gros animal que Platon appelait l’opinion, cela suffit à montrer à l’œuvre cette inclusion-excluante du christianisme : on glorifie l’héroïsme de ce gendarme au sens chrétien du terme, et c’est juste parce qu’effectivement il donne sa vie pour ceux qu’il ne connaît pas ; mais on on le fait comme s’il était un héros au sens païen, grand seulement par son courage. Cet homme est pourtant bien un signe des temps : voilà un homme qui a dépassé l’héroïsme païen, fondé sur le courage, magnifié dans le courage militaire, pour l’héroïsme chrétien, fondé sur le don de soi, glorifié par la Croix. Voilà un homme qui a choisi de tout donner pour laisser la vie sauve à une inconnue, que certains glorifient au profit de leur haine de l’étranger. Faut-il que la sagesse chrétienne soit devenue folle pour qu’elle ressemble à ce point chez certains à la sagesse du monde ?

Auteur : Anastase I.
Partager cet article sur :  Google +  Facebook  Twitter

Une réflexion sur “ Exclu le chrétien en nous ”

  1. Tu fais bien peu de cas de la cohésion de la nation et de l’histoire de notre pays (notamment sa continuité). A cause de la stupidité et de la veulerie de ses dirigeants, la France connait un bouleversement démographique depuis trente ans, il est normal que les Français, même chrétiens, se sentent inquiets.

    Tu cites l’hospitalité évangélique. Elle me semble d’abord un peu faible en termes de relations internationales. Va-t-on justifier toute invasion grâce à la parabole du bon samaritain ? L’Évangile donne la voie d’un surcroît de grâce à toute action humaine, mais n’est pas un manuel de civilité ou de relations entre les peuples. Elle ne contient pas les idées de résistance à la volonté de puissance d’autrui ou de violence juste, idées pourtant essentielles dans la conduite de sa vie, à plus forte raison dans la vie d’un peuple. Ensuite, les évangiles ne sont pas toutes les Ecritures. L’importance de la cohésion d’Israël, de son unité et du sentiment national est partout présente dans l’Ancien Testament. Pourquoi n’en parles-tu pas ? Le Christianisme ne se limite pas à l’enseignement de Jésus. En outre, je pourrais utiliser un langage chrétien et dire : la Providence a créé les Nations qui doivent donc persévérer dans leur être. Certains auteurs catholiques ont employé ce langage (notamment Bossuet), et au vu de l’ importance de ces Nations dans l’histoire humaine, ce n’est pas imbécile.

    Tu sembles regrouper sous le terme de « paganisme » les simples attachements à une terre, à une famille, à un peuple particulier. Ce sont pourtant des attachements charnels indispensables à la vie humaine. Dans le même esprit, en quoi le sacrifice pour un être inconnu est supérieur au sacrifice consenti pour un être cher ? Est-ce parce que nos sentiments à l’égard d’un proche sont trop charnels ? Tu omets d’ailleurs de citer le profond attachement du Colonel Beltrame pour son pays et pour les Français qu’il a choisi de servir. Le spirituel semble l’emporter largement chez toi sur le charnel ; ce n’est pas du Christianisme, c’est plus du Néo-Platonisme.

    En conclusion, opposer comme tu le fais raison d’Etat et christianisme évangélique est fallacieux. Les hommes ont besoin de lois et d’une police. Mieux vaut que ces lois et cette police se déploient dans un cadre national où les libertés sont garanties plutôt que dans un cadre impérial ou théocratique (mais peut-être veux-tu retourner à l’Empire carolingien ou à une papauté toute puissante ?). C’est la Nation qui est chrétienne, car humaine, et c’est l’Empire qui est païen.

    Amicalement,
    Julien (de passage sur ce site)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.