Une disparition

Articles
Publié le 22 novembre 2017 Aucun commentaire

Paru dans le Percolateur n°3, en vente uniquement au Simone (1 euro)

 

Si la politique n’existait plus, nous ne nous assemblerions plus sur les places publiques pour y décider ensemble notre destin commun mais seulement pour y bavarder.

Si la politique n’existait plus, nous déléguerions notre action commune à des représentants, qui en débattraient.

Si la politique n’existait plus, l’Etat s’en chargerait.

Si la politique n’existait plus, on l’aurait remplacé par l’économie.

Si la politique n’existait plus, il faudrait retrouver la croissance.

Si la politique n’existait plus, le chômage serait la priorité.

Si la politique n’existait plus, il resterait encore des masses, des individus, et du contrôle.

Si la politique n’existait plus, on aurait remplacé les mythes par un roman national falot.

Si la politique n’existait plus, il n’y aurait plus de bien commun mais seulement des identités particulières.

Si la politique n’existait plus, notre débat favori serait de savoir si l’on peut ne pas montrer ses cheveux dans l’espace public.

Si la politique n’existait plus, la « religion » serait un problème politique.

Si la politique n’existait plus, nous serions débarrassés du conflit permanent qui interroge nos formes de vies.

Si la politique n’existait plus, nous aurions l’impression de vivre en paix, mais sans la joie qui va avec.

 

 

Paulux69
Auteur : Paulux69

Paul, Président des Alternatives Catholiques.

Partager cet article sur :  Google +  Facebook  Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.